Articles

Le bond en avant de la médecine chinoise

publié le 03/03/2016 à 17:09
Le bond en avant de la médecine chinoise

Pour nos autorités, qui veillent attentivement aux intérêts des laboratoires pharmaceutiques, les médecines alternatives restent suspectes. Ce n’est pas le cas des pays asiatiques, pour lesquels ces pratiques contribuent à leur rayonnement culturel dans le monde.



Pour nos autorités, qui veillent attentivement aux intérêts des laboratoires pharmaceutiques, les médecines alternatives restent suspectes. Ce n’est pas le cas des pays asiatiques, pour lesquels ces pratiques contribuent à leur rayonnement culturel dans le monde.

L’Inde par exemple, promeut depuis près de 20 ans la médecine ayurvédique partout dans le monde. La Chine s’y met aussi, et pas qu’un peu.

Ainsi, le plus grand hôpital européen de médecine traditionnelle chinoise (MTC) verra le jour à Barcelone, suite à un accord de coopération entre la ville de Pékin et les autorités de santé espagnoles.

Ce centre de médecine traditionnelle ne coûtera pas moins de 80 millions d’euros, et a l’ambition de devenir la référence européenne concernant ces disciplines.

Le terreau serait fertile, puisque, selon les autorités chinoises, 95% des Espagnols sont familiers aux thérapies ancestrales et que près d’un quart de la population a déjà eu recours à des remèdes naturels.

L’absence d’une industrie pharmaceutique proprement espagnole n’est certainement pas étrangère à ce rapprochement, qui rappelle celui de la Russie avec l’Inde concernant la médecine ayurvédique, en 2014.

Enfin, pour pérenniser cette coopération, un master spécialisé dans la médecine traditionnelle chinoise sera dispensé par deux universités catalanes, la Pompeu Fabra et l’université de Barcelone, qui consolidera l’avance prise par nos voisins en termes de reconnaissance de la médecine alternative d’Extrême-Orient.

 

Gary Laski

 


Trouver un thérapeute en Médecine traditionnelle chinoise près de chez moi