Articles

La sophrologie contre le stress des examens

publié le 03/05/2016 à 11:31
La sophrologie contre le stress des examens

Le printemps est là. Du coup, c’est aussi la saison des examens. Ce qui signifie un stress permanent, croissant même, jusqu’au jour tant attendu. Et ensuite après, à attendre les résultats. La sophrologie, inventée dans les années soixante, permet de juguler le stress, et de retrouver une harmonie entre le corps et l’esprit. Entre autres, on dort mieux, on apprend mieux, on se sent mieux.


Quels que soient les examens que l’on passe, c’est toujours beaucoup de connaissances à avaler d’un coup, avec cette inquiétude qui nous taraude : la crainte que notre mémoire nous fasse défaut le jour fatidique.

Quant aux concours, c’est le pire du pire. Vous avez alors l’impression qu’il faut à tout prix être le meilleur, quitte à en faire trop et à oublier l’essentiel. D’ailleurs, c’est une plus grande cause d’échec que l’impréparation. Vous avez l’impression de donner le meilleur de vous-mêmes, mais en fait, c’est dès le début que vous avez perdu vos moyens…

C’est sûr, examen ou concours, il faut bien se préparer, apprendre ce qu’il y a à apprendre, s’adonner aux exercices, qui sont d’ailleurs toujours un peu les mêmes. Les annales et les professeurs sont d’ailleurs là pour ça. On ne peut pas réussir sans s’exercer.

Mais il y a une composante fondamentale que nous négligeons trop souvent, durant ces épreuves : le corps. Notre tête ne fonctionne pas bien, et c’est peu dire que le corps souffre pendant les révisions. La nuit, nous dormons mal ; le jour, nous voudrions être dehors, à profiter du soleil… et il faut pourtant s’harnacher à sa table.

En fait, nous entamons notre propre résistance en faisant peser tout notre stress psychologique sur notre corps. Et c’est là qu’intervient la sophrologie.

Cette technique de méditation, inventée dans les années soixante, permet de juguler le stress, et de retrouver une harmonie entre le corps et l’esprit. Entre autres, on dort mieux, on apprend mieux, on se sent mieux.

C’est sûr, il faut y consacrer du temps. Mais on en perd souvent d’autre part, parce que nous sommes épuisés, parfois lessivés à force d’apprendre. Avec la sophrologie, on apprend à se représenter son propre succès, à se figurer le but à atteindre, et donc à ne pas se laisser emporter par les pensées négatives, comme celle-ci, trop courante : « je n’y arriverai jamais », qui nous est tous passée par la tête un jour ou l’autre.

Le principe de la sophrologie réside dans la respiration abdominale. Vous pouvez la pratiquer chez vous, à raison de une à deux fois par semaine, avec un livre tel que Pratiquer la sophrologie au quotidien. Le mieux est toutefois de vous faire guider par un thérapeute, du moins pour vous lancer dans cette discipline qui simplifiera vos périodes de grandes tensions.


Gary Laski

 


Trouver un thérapeute en Sophrologie près de chez moi