Articles

Devenir étiopathe : comment prendre le mal à la racine

publié le 09/01/2018
Devenir étiopathe : comment prendre le mal à la racine

L’étiopathie est désormais une médecine réputée et reconnue par les pouvoirs publics. L’un de nos anciens présidents y a même eu ouvertement recours. Cette discipline se veut révolutionnaire dans son approche. Si révolution il y a, comment en faire partie ?


L’étiopathie : une pratique savante.

L’étiopathie consiste à identifier les causes corporelles d’une maladie et de les résoudre par la manipulation des membres et des tissus. L’étiopathie se propose donc de prendre le mal à la racine, et de le traiter avant qu’il ne s’aggrave, là où il commence.

La discipline telle que nous la connaissons, a été fondée par Christian Trédaniel, avec la publication, en 1979, Principes fondamentaux pour une médecine étiopathique.

Tandis que l’ostéopathie vise à soigner essentiellement les pathologies liées à la mobilité, l’étiopathie a un champ d’action plus large. Elle se propose de soigner un grand nombre d’affections.

Elle laisse néanmoins le champ libre à la chirurgie, et à la médecine allopathique pour le diabète, l’hypertension, le cancer et la dépression.

Néanmoins, si l’étiopathie en tant que telle ne prétend pas se substituer à la médecine allopathique. Elle permet d’envisager des soins moins lourds que cette dernière, et sans effets secondaires ni accoutumance.

Signe que l’étiopathie est une discipline prise au sérieux et respectée : le nombre croissant de mutuelles qui acceptent d’en rembourser les séances. Vous pouvez les retrouver sur le site de l’Institut Français d’Etiopathie.

Devenir étiopathe

La formation pour devenir un étiopathe agréé est solide : 6 ans.

Aujourd’hui, l’étiopathie, comme l’ostéopathie, a gagné le pari de sa respectabilité. Cela n’est pas allé sans heurts, avec quelques procès pour exercice illégal de la médecine.

Néanmoins, depuis 2012, la discipline est confirmée comme méthode de soins par la sécurité sociale, et les étiopathes sont reconnus par le RSI (régime social des indépendants) depuis 2015.

Il existe dans notre pays quatre facultés qui permettent de se former à l’étiopathie : Lyon, Rennes, Toulouse et Paris. On ne peut y entrer qu’après avoir obtenu son baccalauréat ou un diplôme d’études supérieures.

La formation est payante (entre 6 et 7000€ par an). Les futurs praticiens devront avoir une parfaite connaissance du corps humain. L’enseignement de l’anatomie est particulièrement poussé, mais aussi ceux de la biologie, de la physiologie et de la pathologie.

De même, la discipline repose sur une connaissance des lois de la cybernétique, c’est-à-dire du fonctionnement des systèmes entre eux, de l’information propre au corps – non de l’informatique au sens habituel du terme.

L’étudiant apprend ensuite à dresser un diagnostic étiopathique, ainsi que les gestes qui permettront la guérison.

L’enseignement, dispensé sur trois cycles de deux ans, comprend 3250 heures, réparties entre cours, stages et internat en clinique spécialisée. En moyenne, entre les différentes facultés, environ 500 étudiants suivent chaque année le cursus pour devenir étiopathe.


Gary Laski

 


Trouver un étiopathe près de chez moi