Articles

Fasciathérapie : soignez-vous en douceur

publié le 06/02/2018 à 00:00
Fasciathérapie : soignez-vous en douceur

La fasciathérapie est une discipline qui mérite que l’on s’y intéresse. Plus douces que les techniques manipulatoires, elle n’en promet pas moins des résultats étonnants. Une méthode qui gagne rapidement en réputation, notamment auprès des personnes fragilisées.


Qu’est-ce que la fasciathérapie ?

Cette discipline a pour objet la manipulation des fascias. Les fascias, ce sont des membranes qui entourent chacun de nos organes, mais aussi nos articulations, nos artères, nos veines, nos muscles.

Comparées tantôt à une toile d’araignée interne, ou à une architecture molle, les fascias sont en fait des couches protectrices qui permettent à notre corps de supporter les chocs physiques ou psychiques. Il s’agit d’un ensemble de pare-chocs internes qui se rétractent dans les moments difficiles ou douloureux.

Manipuler les fascias se fait avec beaucoup de délicatesse... et d’expérience. Il s’agit d’une spécialisation propre aux kinésithérapeutes et aux ostéopathes. D’ailleurs, l’inventeur de cette discipline, Danis Bois, est un ostéopathe.

Que soigne la fasciathérapie ?

La fasciathérapie est recommandée :

- pour toutes les douleurs articulaires et dorsales (tendinites, mais aussi lumbagos, torticolis, sciatiques)
- pour les douleurs traumatiques : fractures et entorses
- pour les troubles liés au stress, dont les migraines et les acouphènes
- pour les troubles digestifs
- pour circonvenir aux douleurs liées à la grossesse, notamment les douleurs dorsales et les troubles circulatoires
- pour accompagner ceux qui se remettent de la chirurgie ou de la chimiothérapie

Comment se passe une séance ?

Tout d’abord, le praticien reprend le parcours médical du patient, ses antécédents médicaux, la raison pour laquelle il consulte et les symptômes qu’il ressent. C’est ce que l’on appelle l’anamnèse.

Vient ensuite le moment de la première palpation, où le praticien évalue les tensions propres aux fascias du patient.

Il s’agit ensuite d’étirer les fascias tendus, par une traction délicate. Puis le praticien appuie, pour que la membrane retrouve ses capacités et que le sang circule mieux.

Au cours de ces opérations, le patient retrouve la sensation de lui-même, et de ses membres. Le soulagement vient au bout de trois séances en général, parfois moins. Il s’agit ensuite d’établir un programme si des douleurs plus profondes sont à guérir.

Choisir son fasciathérapeute

Il est important de bien choisir le praticien qui s’occupera de nous, et d’en essayer plusieurs. Comme il s’agit d’un toucher délicat, il est important d’apprécier le contact de son praticien, d’avoir son fasciathérapeute.

Si vous voulez en savoir plus, deux livres sont édités chez Trédaniel sur ce sujet : La fasciathérapie : une nouvelle méthode pour le bien-être, d’Isabelle Eschalier, qui a le mérite d’être le plus récent et le plus didactique ; et Une thérapie manuelle de la profondeur : méthode Danis Bois, de Danis Bois et Eve Berger, l’ouvrage fondateur de la discipline.


Gary Laski

 


Trouver un thérapeute en Fasciathérapie près de chez moi