Articles

Iridologie : les yeux, miroirs du corps ?

publié le 14/05/2018
Iridologie : les yeux, miroirs du corps ?

L’iridologie, méthode qui consiste à établir un diagnostic à partir de l’iris du patient, est essentiellement utilisée par les naturopathes. Cette pratique suscite un intérêt toujours vivace de la part du public. Malgré l’opposition de la science, nombreux sont les patients qui y ont régulièrement recours.


Que dit votre iris de vous ?

L’iris est la partie colorée de l’œil. Pour les iridologues, c’est un miroir de notre santé, de notre état physiologique. Chaque partie de notre corps y trouverait une correspondance. On pourrait donc « lire » l’iris de façon à établir un diagnostic global.

L’iridoscopie, la lecture de l’iris, est donc une méthode de diagnostic et non une thérapie. Elle révèlerait notre terrain, c’est-à-dire l’état profond de notre corps, reçu à la naissance et transformé par notre milieu, notre alimentation et nos médications.

L’iridoscopie permettrait donc de connaître nos pathologies actuelles, mais aussi nos tendances à la santé et à la maladie, de façon à ce que nous puissions renforcer nos faiblesses et prévenir les dysfonctionnements de notre corps.

Que voit un iridologue ?

- Nos traumatismes physiques et émotionnels
- Notre vitalité
- Nos prédispositions génétiques
- Nos intoxications et nos inflammations
- La résistance de notre système immunitaire

Les iridologues examinent le relief, la pigmentation, la texture et la couleur de notre iris. Si les fibres de l’iris sont fermes, c’est que notre état de santé est bon.

Au contraire, les défauts (tâches, creux, bosses, dépôts) reflètent nos dysfonctionnements, nos faiblesses, nos maladies.

Ainsi notre œil se révèle être une carte de notre corps, qui nous donne à voir ses fragilités. Un iris « lymphatique » témoigne d’une fragilité immunitaire. « Hématogène », il rend compte d’une sensibilité aux troubles des systèmes digestifs et sanguins. « Biliaire », il témoigne de problèmes liés essentiellement aux émonctoires.

Une pratique jeune

L’iridologie, même si elle est régulièrement pratiquée depuis les années 1950, remonte au XVIIe siècle. Codifiée au XIXe siècle par Ignatz von Peczely, un médecin hongrois, elle suscite régulièrement des réactions dubitatives, sinon franchement hostiles de la part de la communauté scientifique.

Toutefois, comparée à des techniques aussi ancestrales que la phytothérapie ou même l’acupuncture, il s’agit d’une pratique assez jeune. Le diagnostic iridologique, s’il peut guider le diagnostic médical, ne vous en abstient pas.


Gary Laski

 


Trouver un iridologue près de chez moi