Articles

Maux du ventre, maux du cœur

publié le 12/11/2018
Maux du ventre, maux du cœur

Dans le calendrier énergétique chinois, l’automne est une saison yin associée au métal, propice à la tristesse et à la mélancolie, aux troubles respiratoires et aux désordres intestinaux. Pour ne pas laisser le spleen et ses conséquences sur la santé s’installer, la médecine traditionnelle chinoise donne des solutions toutes simples. Pas besoin d’aller très loin : tout se passe dans l’abdomen.


Les vents et les courants d’air de l’automne relient cette saison à la fragilité des poumons, chargés de distribuer dans le corps entier l’énergie vitale issue de l’air. Leur faiblesse fait baisser les défenses et rend le corps vulnérable aux sinusites et maux de gorge.

L’automne correspond aussi à la fragilité du viscère « partenaire » des poumons : le gros intestin, qui élimine et évacue les déchets du corps. Son déséquilibre entraîne la stagnation des matières internes et induit chez l’individu maux de ventre, constipation et blocages face aux changements. Si, pour les Chinois, c’est dans le ventre que siège notre réservoir de santé, c’est aussi là que naissent ses dérèglements.

Mieux respirer, un premier pas

Pour prévenir l’affaiblissement automnal, la médecine traditionnelle chinoise recommande de soigner sa respiration. Bien que celle-ci soit gérée par le système nerveux autonome, qui l’active « automatiquement », nous pouvons agir de manière consciente sur le souffle. Gonfler l’abdomen à l’inspiration étire le diaphragme et stimule le nerf pneumogastrique, qui envoie alors au cerveau un signal pour stopper la sécrétion d’hormones du stress.

De plus, la vague du cycle de respiration génère un massage de l’estomac, du foie, de la rate et du muscle cardiaque, ce qui améliore les fonctions respiratoires et digestives. Mais il est possible d’aller encore plus loin grâce à une technique de massage viscéral, le chi nei tsang.

La guérison intérieure par le chi nei tsang

Cette pratique ancestrale d’automassage du ventre aide les viscères à travailler plus efficacement et permet de se reconnecter à soi en mettant au jour les conflits cachés. Rappelons qu’en médecine traditionnelle chinoise, l’intestin est l’organe responsable du tri entre le pur et l’impur, entre ce qui doit être stocké et ce qui peut être rejeté. Nourriture, pensées, émotions... tout passe par son filtre.

Des émotions négatives comme la peur, la colère, la tristesse ou l’anxiété peuvent, avec le temps, créer des obstructions énergétiques dommageables. C’est le cas également du stress, mais aussi d’une alimentation pauvre, d’une mauvaise posture, d’un choc affectif, de la prise de médicaments ou d’interventions chirurgicales.

Le chi nei tsang détoxifie l’organisme et optimise le potentiel d’autoguérison. Global, il fait régresser les tensions abdominales, les brûlures d’estomac et les douleurs menstruelles, mais aussi la fatigue, l’insomnie, les maux de dos et les sensations de respiration comprimée.

Trouvez des thérapeutes en chi nei tsang près de chez vous pour prendre soin de votre ventre avant l’hiver.


Camille Dubois


Trouver un praticien en chi nei tsang près de chez moi