Articles

Cancer colorectal, des kits de dépistage faciles à la maison

publié le 04/02/2019 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
Cancer colorectal, des kits de dépistage faciles à la maison

Deuxième cause de décès par cancer après le cancer des poumons, le cancer colorectal a vu son incidence grimper ces dernières années. Si ses facteurs de risque sont nombreux – l’alimentation industrielle en tête – et peuvent toucher tout le monde, le dépistage offre de réelles chances de prise en charge et de guérison.


Deuxième cancer le plus fréquent chez la femme, troisième chez l’homme, le cancer du colon se développe avec l’âge, une surconsommation de viande et de produits transformés, la sédentarité, l’obésité ou certaines maladies inflammatoires chroniques, comme la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique. Mais il a également des causes moins connues : une grande taille, un mauvais état dentaire, un déficit en sélénium ou en vitamine D. Une perturbation du transit intestinal doit aussi alerter, surtout lorsqu’elle s’accompagne d’une sensation de rectum plein ou tendu, de selles beaucoup plus longues, de vomissements et de saignements.

Le toucher rectal nécessaire mais pas probant

Sauf quand il est localisé dans le rectum, l’examen clinique ne suffit pas à confirmer l’existence d’un cancer colorectal. Des examens complémentaires sont indispensables : la coloscopie, la recherche de métastases et un bilan sanguin permettent d’établir le degré de gravité de la maladie, selon un stade de 0 à 4. La chirurgie et une chimiothérapie pré et post-opératoire font partie des traitements conventionnels mais un moyen tout simple permet de la dépister au plus tôt.

Y a-t-il du sang dans les selles ?

Une étude menée par l’université d’Helsinki sur 1400 personnes de 60 à 69 ans, réparties en deux groupes – l’un dépisté, l’autre non – a montré que, pour les patients s’étant soumis à une recherche de sang dans les selles, l’ablation de la tumeur avait eu un meilleur taux de réussite. Ces patients étaient aussi moins susceptibles d’avoir besoin d’une chimiothérapie. Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous pouvez bénéficier d’un test de dépistage, financé par l’Assurance Maladie dans le cadre du programme national de dépistage organisé. Il est à réaliser chez soi tous les deux ans, à l’aide de kits de dépistage fournis par votre médecin. A partir de mi-février, de nouveaux kits sont mis en circulation, légèrement différents mais tout aussi efficaces.

 

Références
Etude finlandaise
https://www.helsinki.fi/en/news/health-news/screening-for-colorectal-cancer-spares-male-patients-from-intense-treatments
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30460999

Ameli
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cancer-colorectal/comprendre-cancer-colorectal
https://www.ameli.fr/medecin/actualites/depistage-cancer-colorectal-de-nouveaux-kits-en-fevrier-2019