Articles

Irrigation du côlon, une pratique de santé ancestrale

publié le 08/02/2019
Irrigation du côlon, une pratique de santé ancestrale

Partout dans le monde, depuis des millénaires, les peuples ont pratiqué le lavement. Un geste thérapeutique universel pour maintenir la santé ou soigner de l'intérieur. Pratiquée ponctuellement, cette technique, qui séduit ou qui repousse, permet un nettoyage profond et stimule le système immunitaire en désintoxiquant l'organisme.


Ultime organe du tube digestif qui démarre dans la cavité buccale, le côlon est un organe clé dans l’expulsion des déchets mais aussi des émotions. L’hydrothérapie ou irrigation colonique consiste à introduire de l’eau par le rectum pour nettoyer tout le gros intestin jusqu’à la valve iléo-caecale, porte d’entrée de l’inaccessible intestin grêle.

Déloger les saletés, oui mais bien accompagné

Cette douche, plus proche du ruisseau que du karcher, emporte avec elles les résidus de fibres, cellules mortes, mucus et selles, coincés parfois depuis des années dans les villosités des parois intestinales. C’est le péristaltisme naturel du côlon qui va faire ressortir l’eau au bout de plusieurs minutes. Non sans l’aide des massages viscéraux doux du thérapeute. Car voilà, si la méthode aide à soulager les troubles fonctionnels (constipation, diarrhées) et soutient l’immunité, sa pratique exige les compétences d’un spécialiste. Contrairement aux bocks de lavements disponibles dans le commerce mais dont l’utilisation comporte des risques sanitaires, une séance avec un thérapeute garantit que l’eau utilisée soit filtrée et équilibrée en ions afin de ne pas rompre l'équilibre osmotique du côlon et risquer la déshydratation. A partir de là, un seul objectif : faire le vide.

Faut que ça sorte

C’est en tous cas le leitmotiv de celles et ceux, nombreux sur internet, qui aiment à partager leur expérience de la légèreté retrouvée. Derrière ce regain d’intérêt pour la purge, l’idée que les résidus alimentaires qui ne sont pas évacués par les selles peuvent intoxiquer l'organisme en passant dans le sang. Conséquences : fatigue, tension nerveuse, intolérances alimentaires, constipation, diarrhées, flatulences, surpoids, douleurs articulaires... Contestée par la majorité des gastro-entérologues, l’irrigation serait néanmoins gage d’une meilleure gestion du stress, d’un mental plus clair, d’une peau plus saine et d’une plus grande énergie. Des infirmier(e)s ou naturopathes formés à la méthode peuvent vous renseigner.


Lucile de La Reberdiere


Trouver un praticien en irrigation du côlon près de chez moi