Articles

Psychanalyse : en tête à tête avec le thérapeute

publié le 13/02/2020 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
Psychanalyse : en tête à tête avec le thérapeute

Ringardisée par les progrès des neurosciences, délaissée au profit de nouvelles formes de psychothérapie, la psychanalyse reste une puissante méthode de connaissance de soi, près de 140 ans après sa création par Sigmund Freud.


Méthode d’investigation des processus mentaux inconscients, la « cure psychanalytique » se rapproche davantage du chemin que de l’outil. Entreprendre une psychanalyse ne signifie pas forcément que celle-ci durera toute la vie, mais il faut accepter l’idée d’une démarche à durée indéterminée. Sur le divan, pas de conseils, ni d’exercices. Ici, on laisse aller : les pensées, les associations d’idées, les rêves, les souvenirs.

Traiter la dépression

La dépression n’est pas une mauvaise passe mais une véritable maladie. Perte de goût pour ce qui autrefois était plaisant, épuisement à effectuer des tâches simples, tristesse profonde et isolement de l’entourage forment un spectre de symptômes pas toujours faciles à reconnaître pour les proches. Si les antidépresseurs sont le plus souvent prescrits afin d’en lisser les aspects et faciliter la vie quotidienne, pris sur le long terme, la dépendance et les effets secondaires sont dévastateurs. La psychanalyse défend plutôt la parole thérapeutique à travers le lien de confiance entre le patient et son thérapeute. Pour le psychanalyste, tout ce qui est dit – y compris les silences – constitue un matériel significatif des schémas enfouis et permet d’expliquer certaines conduites de vie. Main dans la main, en accédant au programme inconscient du patient, le binôme va pouvoir mettre au jour le négatif de sa maladie, son fonctionnement donc ses voies de résolutions.

Le transfert, une médecine douce

Le transfert est ce processus par lequel le patient pense que son thérapeute détient la réponse qui lui manque (alors qu’elle réside en lui). Ce mécanisme est important pour que la thérapie psychanalytique conduise la personne en souffrance à avancer avec sa douleur jusqu’à être capable de la mettre à distance. Le thérapeute est le garant de cette quête d’autonomie psychique. En séance, son écoute est fondamentale. La consultation peut se dérouler allongé mais pas obligatoirement, auquel cas le regard constitue un autre point de contact important. Certains praticiens prennent des notes, d’autres non. La séance peut durer une heure voire trente minutes seulement. Il n’est pas toujours aisé de trouver du premier coup le bon thérapeute, mais outre le format, sa présence contenante doit être le premier critère, surtout quand une souffrance a besoin d’être dite.


Trouver un psychanalyste près de chez moi
Dépression