Articles

Troubles bipolaires : la stabilité vient du ventre

publié le 04/03/2020 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
Troubles bipolaires : la stabilité vient du ventre

Autrefois appelée psychose maniaco-dépressive, la maladie « bipolaire » fait osciller la personne entre euphorie et tristesse. Comme tous les troubles de l’humeur, régler l’intestin permet de ne plus faire sauter l’interrupteur.


Durant la phase maniaque, le sujet est hyperactif, volubile, désinhibé. Il fait des projets et des dépenses excessives. Durant la phase dépressive, il éprouve une grande tristesse, une perte d’intérêt général. Il vit au ralenti et souhaite parfois mourir. La vie entre ces deux pôles caractérise la maladie bipolaire. Les traitements les plus souvent prescrits sont appelés thymorégulateurs, des médicaments à base de sels de lithium, destinés à réduire la fréquence et l’intensité des épisodes notamment. Mais ces régulateurs de l’humeur possèdent de multiples effets secondaires : troubles digestifs, tremblements, syndrome confusionnel, troubles de la thyroïde.

Réguler l’humeur à partir de l’intestin

Le rôle du microbiote intestinal dans l’équilibre psychique est désormais reconnu. Le système nerveux entérique, composé de millions de neurones, envoie ses informations au cerveau par l’intermédiaire du nerf vague. Une flore déséquilibrée influence directement la réponse cérébrale. Comme la dépression, les troubles bipolaires nous poussent à changer de regard sur l’origine des perturbations de l’humeur. Si tout a l’air d’être « dans la tête », l’essentiel provient beaucoup plus sûrement du ventre ! Rétablir l’intégrité de la paroi intestinale et l’assainissement du microbiote peut tout changer : adopter une alimentation physiologique, riche en minéraux, antioxydants, vitamines, oligo-éléments, acides gras essentiels ; supprimer le gluten et la caséine ; traiter la dysbiose à l’aide de plantes riches en inuline, une fibre alimentaire que l’on trouve dans la racine de bardane, la chicorée, le pissenlit, le topinambour l’artichaut ou encore le lapacho. Des compléments alimentaires permettront également d’apaiser un éventuel état inflammatoire.

Troubles bipolaires ou dépression ?

En France, les troubles bipolaires sont sous-diagnostiqués. Il faut en moyenne 10 ans et plusieurs médecins avant de pouvoir poser un diagnostic. On estime, par ailleurs, que 40 % des personnes dépressives sont des bipolaires qui s’ignorent. L’hygiène de vie, l’élimination des facteurs de stress et le soutien de l’entourage constituent des atouts fondamentaux. En France, les associations de soutien aux personnes souffrant de troubles de l’humeur et de troubles bipolaires apportent une écoute et des conseils. Pour éviter l’isolement au quotidien, des praticiens en relation d’aide permettront également d’accompagner les symptômes de la maladie et d’aider à mener une vie normale.

Sources
Troubles bipolaires
https://www.troubles-bipolaires.com

• Troubles bipolaires, prendre soin de son ventre !, Alternative Santé
https://www.alternativesante.fr/troubles-bipolaires/troubles-bipolaires-tout-est-dans-le-ventre


Trouver un naturopathe près de chez moi
Trouver un praticien en relation d'aide près de chez moi
Troubles du comportement