Articles

Andropause : les hommes aussi souffrent de leurs hormones

publié le 13/07/2020 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
Andropause : les hommes aussi souffrent de leurs hormones

Entre 40 et 55 ans, les hommes peuvent développer un déséquilibre hormonal similaire à la ménopause chez les femmes. Moins médiatisée que cette dernière, l’andropause s’installe discrètement mais les modifications physiques et psychologiques qu’elle engendre n’en sont pas moins anodines.


Contrairement aux femmes, dont les symptômes apparaissent à peu près en même temps que cessent les menstruations, les hommes n’ont pas de réel repère sur l’apparition de l’andropause. Leurs troubles, variés et pouvant renvoyer à d’autres pathologies, n’en facilitent pas le diagnostic : difficultés urinaires, irritabilité, insomnies, prise de poids… Le trépied du traitement allopathique repose souvent sur des antidépresseurs, des stimulants sexuels et des apports hormonaux, principalement de la testostérone. Or, outre un risque d’agressivité, la testostérone de synthèse peut favoriser le cancer de la prostate, les AVC et les lésions du foie.

Préférer de loin les plantes hormone-like

La phytothérapie permet de recourir à des plantes qui se comportent comme des hormones. Adaptogènes, elles contribuent à réduire les symptômes, augmentent la résistance au stress et à l’effort physique en régulant l’action des glandes surrénales. Citons, le ginseng, dont les études vérifient les bénéfices sur l’endurance, la fonction sexuelle et la mémoire. Stimulant naturel, il jugule la production de cortisol et aide à prévenir l’agitation psychique. Citons aussi la racine d’ortie. Riche en quercétine, elle soulage les problèmes de miction causés par une hypertrophie bénigne de la prostate. Si elles ne se substituent pas à un avis médical, les recommandations du naturopathe permettront d’identifier la cure la plus adaptée car d’autres plantes peuvent présenter des bienfaits comme la maca et le muirapuama.

Explorer les techniques psycho-corporelles

L’aromathérapie peut accompagner naturellement l’homme andropausé en agissant à deux niveaux : sur le plan hormonal et sur le plan psychologique en soutenant la libido. On retiendra le cabreuva, qui présente un effet testostérone-like, en diffusion comme en massage. D’autres approches, moins connues et pas moins pertinentes, peuvent décontracter le corps et l’esprit. C’est le cas de l’hydrothérapie froide, des bains dérivatifs du périnée, mais aussi la pression rythmée des testicules, un exercice énergétique, ou encore la réflexologie endo-nasale dont les effets sur le désir sexuel sont, paraît-il, bluffants. À défaut de se lancer, on n’oublie pas que faire un peu de sport, de temps en temps, reste la base du bien-être au masculin tout au long de la vie.


Trouver un phytothérapeute près de chez moi
Trouver un aromathérapeute près de chez moi
Trouver un naturopathe près de chez moi