Articles

T’as de bons yeux tu sais ?

publié le 01/10/2020 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
T’as de bons yeux tu sais ?

Miroirs de l’âme et de la santé, les yeux seraient surtout les portes de la conscience. Comme goûter ou toucher, bien voir implique l’être tout entier. Son corps, son histoire et ses capacités naturelles de guérison, quel que soit l’âge.


De la vue, les médecines naturelles disent beaucoup de choses. Que la myrtille la préserve grâce à sa batterie de flavonoïdes qui stimulent la circulation sanguine et ralentissent la dégénérescence maculaire. Que le diabète est son ennemi juré et l’une des causes les plus fréquentes de cécité. On sait qu’en cas de problèmes de vue, la médecine traditionnelle chinoise commence par vérifier si le foie fonctionne correctement et l’Ayurvéda y voit souvent des troubles digestifs. D’autres approches holistiques, moins connues, permettent aussi de prendre soin de ses yeux autrement.

Se libérer des béquilles

Le port de lunettes de vue et de lentilles de contact a tendance à raidir les muscles oculaires. Antifatigues, et utiles évidemment, elles peuvent cependant épuiser l’œil car elles n’aident pas l’organe à restaurer de lui-même sa fonction d’origine. Inventées par l’ophtalmologue américain, William Bates, les lunettes « sténopéiques » ressemblent à des lunettes solaires dotées de minuscules trous, qui fonctionnent comme une myriade de pupilles artificielles, conçues pour améliorer les capacités d’accommodation. En forçant gentiment les muscles à bouger et en stimulant les nerfs optiques, les lunettes à sténopés rééduquent la vue, réduisent le cercle de confusion et augmentent la profondeur de champ. La vision est plus claire et l’effort est moins intense. Quinze minutes par jour, même devant l’écran, suffisent à leur entraînement. Recommandées aux personnes souffrant de myopie, presbytie, astigmatisme et hypermétropie, elles permettent de supprimer ou de retarder le recours aux binocles.

Optométrie, redonner du sens à ce que l’on voit

Partenaire de l’ophtalmologiste, l’optométriste est l’expert des mesures et le roi des dépistages. En cabinet ou chez l’opticien, il vous installe sur le nez ces différents appareils à lunettes qui vous donnent l’air d’un héros de science-fiction. Le bilan d’optométrie fonctionnelle explore le confort oculaire et définit les entraînements appropriés lorsque la vue perturbe la lecture, le sport, la conduite ou l’école. Ce spécialiste des réapprentissages visuo-moteurs tout au long de la vie s’intéresse particulièrement aux liens œil-cerveau. Voilà pourquoi sa prise en charge est souvent multidisciplinaire. Ostéopathe pour éliminer les troubles posturaux, ergothérapeute pour rééduquer le geste mais aussi psychologue clinicien pour soutenir les troubles de la personnalité, cognitifs ou relationnels : les thérapies complémentaires sont indispensables pour améliorer l’ergonomie mentale de l’information visuelle et redonner du sens à ce que l’on a sous les yeux.