Articles

Les médecines traditionnelles chinoises sous le feu des projecteurs

publié le 06/10/2016 à 17:33
Les médecines traditionnelles chinoises sous le feu des projecteurs

La médecine traditionnelle chinoise recueille des plébiscites journalistiques de plus en plus nombreux. Décryptage.


À tous les étages

Il ne se passe pas deux semaines sans que l’on entende parler, dans des journaux grand public, des bienfaits de la médecine traditionnelle chinoise, dont nous vous parlons régulièrement sous le nom de MTC.

Ainsi, récemment, le très sérieux journal Le Monde a abordé le thème de l’accompagnement d’une patiente atteinte d’un cancer par  le médecin chinois Liu Bingkai, spécialiste du qi gong. Quant au journal la Dépêche, il relate l’accroissement du nombre de praticien des MTC en Suisse et leur succès rencontré auprès des patients locaux.

Nous avions également recensé ces derniers mois les efforts de l’État chinois pour promouvoir l’enseignement des MTC en finançant l’ouverture de deux unités universitaires à Barcelone.

L’engouement récent pour les médecines traditionnelles chinoises, présentes en Europe occidentale depuis plusieurs décennies repose donc sur plusieurs facteurs, sur lesquels il convient de s’interroger.

Tout beau, tout chinois

D’abord l’appui de l’État chinois, qui en plus de reconnaître des pratiques ancestrales, les finance à l’étranger. Ce phénomène, s’il n’explique pas à lui seul le succès des MTC, reste un exemple de soutien étatique sans équivalent des médecines traditionnelles, comme élément de prestige et d’influence à l’international.

En France, où ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui ont le soutien de l’État, on ne peut que se réjouir qu’un État prenne autant au sérieux ses propres traditions médicinales, même si l’on reste critique envers le régime de Pékin, quasi-totalitaire.

Ce qui est plus étonnant toutefois, c’est que cet engouement pour les MTC dépasse le cadre des thérapies alternatives pour faire des adeptes parmi les élites dirigeantes de la médecine française.

Là aussi, on ne peut que se réjouir que nos médecins donnent la place qui leur revient aux notions d’équilibre et de facteur psychologique dans les processus de guérison, d’autant plus en cette époque où la médecine hospitalière, par manque de moyens, devient de plus en plus froide et inhospitalière…

Mais cela laisse songeur quand l’on comprend que les médecins hospitaliers tiennent plus en estime les MTC parce qu’elles sont chinoises, que parce qu’elles sont traditionnelles : c’est leur exotisme qui les rend respectables à leurs yeux.

La tradition, c’est mieux avec des idéogrammes

En somme, la médecine française peut bien renier ses racines « pré-scientifiques », elle accepte une approche différente dès lors qu’elle provient de l’autre côté du globe et qu’elle est soutenue par une puissance « amie », avec laquelle des partenariats sont noués.

Même si on ne peut que se réjouir que ce soient les thérapies alternatives qui soient mises à l’honneur par nos pouvoirs publics, doit-on encore se satisfaire qu’elles ne soient tenues pour légitimes que dans la mesure où elles sont considérées comme des recettes venues de loin ?


Gary Laski

 


Trouver un thérapeute en Médecine traditionnelle chinoise près de chez moi