Articles

L’ostéopathie fait le tri

publié le 09/10/2015 à 12:10
L’ostéopathie fait le tri

Nos statistiques en témoignent : par son succès, l’ostéopathie est aujourd’hui l’une des thérapies alternatives les plus chères au cœur des Français. Ce succès a été officialisé cet été par une réforme majeure des formations. Son but est de faire le tri entre les écoles. En quoi consiste la réforme ?


Ce succès a été officialisé cet été par une réforme majeure des formations. Son but est de faire le tri entre les écoles.

En quoi consiste la réforme ? Doublement des heures d’enseignement, formation clinique renforcée, limitation du nombre d’étudiants par formateur, et des comptes à rendre pour les écoles sur l’insertion professionnelle de leurs diplômés.

Comme on peut s’y attendre, cette réforme rue dans les brancards, même si le syndicat des ostéopathes pousse le gouvernement à la fermeté.

Ainsi, sur les 37 écoles ayant soumis un dossier, 14 ont été recalées, soit plus d’un tiers.

Un problème pour bien des étudiants de dernière année, contraints de changer d’établissement pour obtenir un diplôme homologué. Les écoles non reconnues ont un an pour se mettre aux normes, faute de quoi leurs autres étudiants devront partir s’ils aspirent à un diplôme en bonne et due forme.

Si certains directeurs estiment que cette réforme vise à étouffer le nombre de praticiens, n’oublions pas qu’il y a un ostéopathe pour environ 3000 habitants en France – le record du monde ! – et que le nombre total des praticiens a dépassé cette année le chiffre des 23 000.

Donc l’ostéopathie est en forme : elle a acquis assez d’envergure pour contrôler ses formations. Un modèle pour les autres thérapies alternatives ? Certainement.

 

Gary Laski

 


Trouver un thérapeute en Ostéopathie près de chez moi