Articles

Les thérapies de couple

publié le 15/02/2017 à 17:48
Les thérapies de couple

C’est devenu presque banal dans les films et les séries américaines. De ce côté de l’Atlantique, on y a de plus en plus recours, même si les réticences sont encore présentes. Pourtant, la thérapie de couple peut avoir bien des avantages, si vous trouvez la détermination pour passer le pas.


Par-delà les maux

Faire une thérapie de couple, c’est déjà accepter de mettre ses problèmes sur la table. Cela n’est pas simple. Les conflits récurrents au sein du couple relèvent d’un manque de communication. Nous ne comprenons pas pourquoi l’autre ne nous comprend pas, et cela ne relève pas nécessairement de notre façon de nous exprimer.

Déjà, il y a les problèmes de chacun. Il arrive bien souvent que nous reprochions à notre partenaire des attitudes qui nous insupportent, pour finalement révéler nos contradictions intimes. Nous projetons en l’autre nos propres paradoxes, et parler devant l’autre permet de commencer à les résoudre.

La thérapie de couple permet aussi de nous mettre à la place de l’autre, parfois par le jeu de rôle, parfois simplement en formulant à sa place des éléments de langage à elle ou à lui. Lorsque nous nous lançons sans arrêt les mêmes réprimandes, nous oublions leur contenu, c’est-à-dire les émotions.

Cependant, là aussi, il n’est pas évident de laisser les émotions à nu. Nous avons quelques fois l’impression que si nous parlons à cœur ouvert, l’autre se servira de nos sentiments ou de nos critiques pour nous les renvoyer.

C’est aussi la raison de la présence du thérapeute de couple : il permet d’envisager un terrain neutre, où la fragilité de chacun peut s’exprimer, même si cela implique d’accepter de s’exposer devant une ou un inconnu.

Dans tous les cas, la démarche de la thérapie de couple reste par principe positive. Elle démontre une réelle volonté de part et d’autre de sortir de l’impasse et du conflit permanent, ainsi que des stratégies de communication inefficaces, qui peuvent confiner à la mesquinerie ou à la perversion.

Des effets inattendus

Ce n’est pas parce que nous allons à deux chez le thérapeute que cela divise le travail sur soi ! Cela implique que nous fassions preuve de compréhension, de plus d’empathie, mais aussi que nous acceptions de réformer certaines de nos attitudes blessantes ou négatives.

Même si la démarche fait toujours un peu peur, parce que nous craignons d’en apprendre trop sur nous ou sur l’autre, ou que les efforts auxquels elle conduit sont trop difficiles, elle résulte d’une envie de progresser, et surtout de dénouer des situations et des douleurs complexes. Ce n’est pas parce que nous nous livrons que tout se résout d’un coup. Et il faut garder en tête que les scènes de ménage sont plus violentes et plus difficiles à supporter que le dialogue.

Enfin, il arrive que l’on ait pris des chemins totalement différents, et que le couple ne marche déjà plus lorsqu’on arrive chez le thérapeute. Cela ne rend pas la consultation inutile pour autant, et permet même une rupture apaisée, ce qui est plutôt rare dans la vie courante. Dans tous les cas, il n’est rien de meilleur, ni de plus important que le dialogue, autant pour nous que pour notre partenaire.


Gary Laski

 


Trouver un thérapeute en Thérapie de couple près de chez moi