Dossiers

L’énergiologie aligne corps physique et corps subtils

publié le 22/04/2015 à 14:19
L’énergiologie aligne corps physique et corps subtils

Le terme reste encore confidentiel. Pourtant, l’énergiologie est une approche globale de mieux-être enregistrée depuis 2007. Difficile à concevoir pour certains, elle semble pertinente à ceux qui sont ouverts à l’idée de convergence entre matière et non matière. Et à la médecine quantique, voire galactique…


On admet que la connaissance scientifique de l’humain ne concerne que les 5 % du cerveau qu’on utilise le plus souvent. La physique quantique multiplierait ce chiffre par 3. « Tout objet manifesté est convergence énergétique entre matière visible et contrepartie subtile. Mais nous n’en sommes qu’aux balbutiements de la connaissance ». Et le chi (qi ou prana), autrement dit « l’énergie vitale », « n’est qu’un aspect de ce qui est à découvrir sur l’immensité du vivant ! ». Ainsi par le Jean-Michel Méric, ancien ostéopathe et fondateur de l’énergiologie, label déposé il y a sept ans en France. Sa fréquentation assidue de nombreux enseignements traditionnels, de Lao Tseu aux tribus aborigènes, en passant par des chamanes, de grands initiés chrétiens, ou des sages indiens tels que Ramana Maharshi, Sri Aurobindo ou Krishnamurti, explique sa vision d’une médecine qui entend, in fine, « soigner un mal existentiel ». Car « être séparé de la source, alors que tout est Un, fait vivre une dualité douloureuse qui peut prendre la forme de maladies ».

Se relier à la source de tout

La discipline est singulière. Étudiant les énergies « dans tout ce qui est manifesté », elle a deux particularités : la capacité du thérapeute « à voir, les yeux fermés, des volumes subtils » qui disent ou prédisent une histoire ; la faculté de soigner simplement par la pensée, sans manipulation physique, une simple apposition des mains sur le corps n’étant même pas obligatoire. Ce qui fait qu’un « un travail efficace peut aisément se faire à distance ». Difficile à admettre pour les cartésiens ! Mais pertinent, si l’on partage avec le thérapeute au moins trois concepts.
D’abord, que le corps physique interagit avec de multiples plans d’énergie, que des chocs peuvent altérer. Ensuite, que tout ce qui existe est la Source, « la substance fondamentale dont procèdent tout autant une personne qu’une voiture ». Enfin, que le visible et le subtil sont connectables par la pensée, ce qui peut expliquer les effets du thérapeute sur le patient.

Voir les énergies subtiles

C’est à force de travailler avec des patients, yeux clos, comme lui avait enseigné l’ostéopathie, que Jean-Michel Meric put concevoir l’énergiologie. Petit à petit, il réalisa qu’il voyait, littéralement, des formes, des courants et des niveaux vibratoires. Notion reconnue en Orient, l’aura, émanation lumineuse sortant du corps, n’aurait toutefois pas à voir avec son travail, même s’il constate toutefois son existence.

À des fins pédagogiques (il a déjà formé plus de 140 énergiologues), il élabora ensuite des schémas comparés à propos des différents plans de ces énergies sources, visibles « avec un certain entraînement ». Parmi ceux-ci, le plan de quatre sphères subtiles : tête, thorax, ventre, petit bassin. Quand la personne est en bonne santé, les quatre sphères subtiles s’emboîtent harmonieusement à l’intérieur de son corps. Sinon, à cause de déséquilibres divers, on observe qu’elles sont décalées, parfois assez loin de la base physique du corps. Il faut donc les réintégrer à leur juste place afin qu’elles ne puissent être source de maladies.

Être et non faire

Ce travail sera d’ordre quantique, c’est-à-dire un transfert d’informations et d’intentions, via des ondes vibratoires notamment. Un énergiologue est formé sur deux ans « à voir, et à être, notamment à partir d’exercices de centrage et d’écoute subtile, en particulier dans la nature ». Et il est convaincu d’un paradigme : « Il sait que l’énergie vitale, ou la conscience d’être, est tout ce qui existe. C’est elle qui invente et réalise tous les événements. Il sait que lui, en tant que “je”, ne fait rien »

Les quatre sphères et l’énergiologie

L’énergiologue « voit » de multiples plans subtils. Dont celui dit des « 4 sphères ». Autour de la tête, une déformation signera une « fonction intellectuelle trop intense. Tout est tracté vers le haut. D’où de possibles maux de tête, problèmes de vision, AVC, ou certaines épilepsies ». La sphère subtile du thorax et du coeur sera regardée avec une attention prioritaire : « Car le coeur subtil est la principale porte d’entrée de la vie, bien au-delà du système cardio-respiratoire connu ». Le ventre et les reins parleront « d’une bonne ou mauvaise assimilation des émotions ». Quant à la déformation de la 1re sphère subtile basse (sexe, coccyx), elle peut aller de pair avec « des problèmes de hanche, de descente d’organes, des interdits, et une notion de culpabilité ». Pour l’énergiologue, « des liens dynamiques élastiques relient les différents plans. Et sur un terrain anatomique bouleversé, virus, bactéries ou faiblesses diverses créent des souffrances ».


Christine Saramito

Retrouvez les énergiologues près de vous

 


Trouver un thérapeute en Énergiologie près de chez moi