Articles

Mincir avec les médecines douces

publié le 29/06/2016 à 10:35
Mincir avec les médecines douces

Tout le monde veut mincir avant l’été. Ou pendant. Certes, à chacun son poids et sa morphologie. Néanmoins, gagner en sveltesse ne fait pas de mal, surtout si on peut se faire du bien en même temps.


La phytothérapie minceur

Vous présenterai-je encore la phytothérapie ? En un mot, c’est la médecine par les plantes.

Les plantes ont toujours possédé des vertus médicinales. Et les laboratoires pharmaceutiques ont beau essayer de nous vendre des produits aussi prétendument miraculeux qu’authentiquement artificiels, il n’en reste que sans les plantes, ils ne découvriraient pas grand-chose. La base de tous les médicaments a été découverte dans les plantes.

Il n’est donc jamais inutile de revenir à cette médecine naturelle. Mais il faut aussi s’y connaître un petit peu, et ne pas avancer à l’aveugle. Bien des substances que renferment les plantes nous restent mystérieuses, et celles que l’on connaît, les plus puissantes, ne se prennent pas à la légère.

Il y a plusieurs méthodes pour se soigner ou simplement améliorer sa santé avec les plantes. Vous pouvez vous fabriquer des décoctions et des tisanes, mais aussi prendre, pour des cures, de la teinture-mère.

Ce que la science phytothérapeutique fait de mieux aujourd’hui, ce sont les SIPF* ou les EPS**, qui conservent sans les dégrader la totalité des substances curatives des plantes.

La plupart des cures de plantes doivent être prises trois semaines, pas plus, sauf contre-indication. Si votre corps supporte mal l’un des remèdes que vous prenez au bout d’une semaine, n’hésitez pas à arrêter : comme pour les médicaments, personne ne réagit de la même façon.

Nombre de plantes permettent d’accroître l’efficacité d’un régime en drainant ou de se détoxifier. Epuré, votre organisme fonctionne mieux, donc élimine mieux : ainsi graisse et cellulite ne s’accumulent pas. Cela se mesure grâce à l'IMC.

On ne compte plus aujourd’hui les pharmacies qui font office d’herboristerie. Elles ont des composés qui ont prouvé leur efficacité. Ainsi, le SIPF anti-rétention contient en proportions égales de la reine-des-prés, du pissenlit et du fucus ; l’EPS détox profonde, de l’artichaut, de la bardane et du pissenlit ; l’EPS anti-cellulite de la reine-des-prés, de l’orthosiphon et de la vigne rouge.

Acupuncture : des aiguilles pour dégonfler

Cette médecine chinoise ancestrale fait désormais partie intégrante de notre paysage thérapeutique. Elle consiste dans la stimulation des centres nerveux de l’organisme à l’aide d’aiguilles. On trouve de très nombreux cabinets d’acupuncture dans les grandes villes, surtout.

Il n’y a rien de magique dans l’acupuncture ; ne vous attendez donc pas à dégonfler comme un ballon ! Là aussi, chaque patient à ses spécificités, ses tendances à la pathologie, et il est bon d’être suivi par un spécialiste qui vous connaît.

Le principe consiste pour le coup à rééquilibrer les énergies qui traversent et constituent notre corps (la matière est, selon la philosophie taoïste, de l’énergie solidifiée). Un organisme qui se rééquilibre est moins sensible au besoin de compenser son vide intérieur et son mal-être, ou encore à se laisser aller à certaines addictions très courantes, comme au sucre.

Une séance par semaine, accompagnée d’une alimentation équilibrée et d’un exercice adapté à votre condition physique, vous permettra de perdre du poids et de retrouver un équilibre intérieur. Si vous ne connaissez pas d’acupuncteur, annuaire-therapeutes est toujours là pour vous.


Gary Laski


*Suspension intégrale de plantes fraîches
**Extrait de plante standardisé.

 


Trouver un thérapeute en Phytothérapie près de chez moi