Articles

Mycothérapie, médecine des champignons

publié le 15/03/2021 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
Mycothérapie, médecine des champignons

Près de 700 espèces de champignons posséderaient un intérêt thérapeutique ! Utilisés depuis des siècles en médecine traditionnelle, en Chine et au Japon, les champignons et la mycothérapie permettent aujourd’hui de prévenir et de soulager de nombreuses maladies.


En Europe, le champignon est largement employé en médecine populaire. Les lactaires étaient utilisés pour combattre les maladies rénales, le lycoperdon comme cicatrisant et l’hypholome en touffe comme vomitif. L’essor de la médecine allopathique a fini par reléguer l’usage des champignons au rang de sorcellerie. Pourtant certains d’entre eux ont la capacité d’augmenter le niveau de production de cytokines par le système immunitaire. Un processus démontré par de nombreuses études et plutôt intéressant en période de risque infectieux.

Un haut pouvoir nutritif

Utiles pour rééquilibrer un régime végétarien, les champignons sont riches en sels minéraux et en oligo-éléments. C’est le cas du cèpe de Bordeaux, l’un des aliments les plus riches en anti-oxydants. Les champignons sont également bourrés de vitamine D, protecteur anti-viral, et de vitamine A, une excellente source de béta-carotène. On trouve aussi des vitamines du groupe B – pensons à la B12 que contiennent naturellement les levures – et en acide ascorbique c’est-à-dire en vitamine C. Peu caloriques, ces organismes uniques – ni animaux, ni végétaux – sont dotés de principes actifs attestés par plusieurs décennies de recherche scientifique en Asie. Ainsi, la lentinane, contenue dans les parois cellulaires du shiitaké, possède une action hypocholestérolémiante et immunostimulante.

La cuisine santé des champignons de nos régions

Outre les champignons médicinaux les plus souvent rencontrés en magasins diététiques, comme le shiitaké, nos contrées recèlent aussi de ces pépites des sous-bois. En fin d’hiver et jusqu’aux gelées, il est possible de rencontrer le pied bleu sous les feuillus et les résineux. Avec sa chair couleur lilas, il s’agit d’un diurétique et d’un laxatif pertinent en cas de constipation. Il a également été observé que son extrait aqueux permet d’inhiber la croissance du candida albicans. Disponible frais dans le commerce, il se cuisine au beurre ou mijoté en bouillon. Bien connue des cueilleurs, la collybie à pied velouté apparaît même sous la neige. Ses propriétés anti-tumorales et immunostimulantes en font un complément précieux face au cancer. Une étude a également démontré son potentiel anti-allergique notamment sur les allergies alimentaires. Non vendu en complément alimentaire, il se laissera, lui aussi, aussi gentiment rissolé.

À lire
Traité de mycothérapie - Tout savoir sur les champignons médicinaux, de Alain Tardif, éd. Dangles, 544 p., 39 €.


Trouver un mycothérapeute près de chez moi
Alimentation
Immunité
Maux de ventre