Description de la thérapie Hypnose

L’hypnose ou hypnothérapie : L’entrée volontaire en transe à des fins thérapeutiques

Reconnue depuis les années 1950 par la communauté médicale anglo-saxonne, les premières utilisations de l’hypnose à des fins thérapeutiques remontent au XVIIIème siècle et des traces de pratiques hypnotiques ont même été retrouvées dans l’Egypte ancienne. Aujourd’hui l’hypnose suscite à nouveau un fort intérêt et depuis une quinzaine d’années un nombre croissant de professionnels de santé (médecins, infirmières, sages-femmes, dentistes…) s’y forment. L’objectif général de l’hypnose ? Maîtriser ses propres comportements, émotions et réactions physiologiques via un état altéré de conscience (une transe hypnotique) durant lequel on communique plus facilement avec l’inconscient. La personne hypnotisée est sous son propre contrôle et non celui de l’hypnotiseur (plus que d’hypnose il faudrait plutôt parler d’autohypnose). C’est surtout la forme moderne de l’hypnose, l’hypnose eriksonnienne, qui est la plus courante et celle enseignée en France. Elle utilise des techniques de relaxation et de sophrologie pour induire l’état hypnotique et se sert de visualisation positive (elle est assez proche de la sophrologie).

 


Une séance avec un hypnothérapeute : pour qui, pour quoi ?

L’hypnose s’adresse à tout le monde sauf aux enfants de moins de 5 ans, aux psychotiques, épileptiques et aux personnes avec des troubles de la personnalité. Les effets antalgiques de l’hypnose sont particulièrement intéressants notamment pour les soins aux brûlés, ou lors de douleurs pré ou post-opératoires ou encore pour diminuer les effets secondaires de la chimiothérapie. Le traitement de la migraine est également un domaine d’application intéressant en traitement de fond (on apprend notamment aux enfants migraineux à prévenir les crises via l’autohypnose). Enfin des études ont montré que l’intérêt de l’hypnose pour accompagner les accouchements, améliorer l’eczéma, les rhumes des foins, les problèmes de côlon irritable, le contrôle du poids et même la sclérose en plaques (plus d’énergie et de vigueur, moins de handicap). Les troubles liés à la dépendance (tabac, alcool…) sont également du ressort de l’hypnose.


Quelques informations utiles sur une séance avec un hypnothérapeute.

Avec qui

La formation des hypnothérapeutes n’est pour l’instant pas harmonisée et demeure variable d’un praticien à l’autre. Le nombre d’heures de formation varie de 300 à 1600. Médecins, dentistes, psychologues et aussi non médecins la pratiquent. 

Déroulement d’une séance

Une première visite permet de connaître les antécédents personnels et familiaux du patient et de recueillir ses attentes. Ensuite les séances d’hypnose durent en général de 30 à 90 minutes et se décomposent en quatre temps. Tout d’abord, l’induction, via la fixation d’un point ou le récit d’une histoire, amène le patient à se détacher de son environnement et à se relaxer. Puis durant la phase suivante, la « dissociation » (ou confusion) coupe la personne de ses perceptions auditives, visuelles, tactiles. La respiration et le rythme cardiaque ralentissent, le corps est engourdi et immobile, c’est le moment à l’hôpital par exemple on pratiquera un soin habituellement douloureux (pour un enfant notamment). Enfin durant la troisième étape, l’hypnothérapeute formule des suggestions en adéquation avec le but de la séance (arrêt du tabac par exemple). Pour finir le sujet est ramené à la conscience normale.

Tarifs

Une séance coûte entre 50 et 70 euros pour une heure environ et il faut compter 6 à 12 séances à raison d’une fois par semaine. Ces séances ne sont pas remboursées par l’assurance maladie sauf quand elles sont pratiquées par un médecin.


Hypnotiseurs-hypnothérapeutes dans les 10 plus grandes villes de France