Articles

Sangsues médicinales : petites mais costaudes !

publié le 13/09/2021 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
Sangsues médicinales : petites mais costaudes !

Si l’usage des sangsues remonte à l’Égypte antique, leurs bienfaits n’ont pas pris une ride. Sûre et hygiénique, l’hirudothérapie vous fait des artères comme neuves.


Avec ses trois mâchoires et ses deux ventouses puissantes, ce petit animal peu engageant ne vous veut pourtant que du bien ! La sangsue médicinale fait l’objet d’une pratique ancestrale qui utilise les effets de sa morsure indolore pour purifier le sang. L’hirudothérapie décongestionne les vaisseaux, fluidifie le sang et nettoie les émonctoires. Archaïque seulement en apparence, la méthode a fait ses preuves sur les troubles de la circulation sanguine.

Un anticoagulant naturel

Pour venir à bout des caillots et des œdèmes, la sangsue a deux pouvoirs. D’abord, sa succion légère qui aspire le sang vers la surface de la peau, à la manière des ventouses de la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Ensuite, sa salive qui contient des enzymes aux propriétés anticoagulantes, anti-inflammatoires et antalgiques, intéressantes sur les troubles circulatoires. Grâce à leur capacité à décongestionner les capillaires sanguins, les sangsues stimulent la production de globules rouges et drainent les stases veineuses. L’hirudothérapie est indiquée pour soulager les varices, les crises hémorroïdaires et les thromboses superficielles. Une étude du centre ayurvédique du Medical College de Bombay a démontré l’action sur les varices avec ulcère variqueux. Chez 95 % des patients, l’hirudothérapie a permis de réduire la taille de l’œdème et 75 % d’entre eux ont pu constater une diminution de l’hyperpigmentation de la peau. Idéale aussi pour réduire la sensation de jambes lourdes et prévenir les maladies cardiovasculaires, la médecine des sangsues bénéficie aujourd'hui d’un cadre scientifique moderne, mais ne dispense pas d’un avis médical, car elle n’est pas compatible avec un traitement d’anticoagulants ou une anémie.

En médecine vétérinaire aussi

Naturelle et pleine de vertus, l’hirudothérapie s’adapte en toute sécurité aux troubles de nos amis les bêtes. Comme chez l’être humain, la sangsue libère les vaisseaux sanguins engorgés et soulage bon nombre de phénomènes inflammatoires. C’est le cas pour la fourbure aiguë du cheval, l’hématome auditif, les laryngites chez le chien, les inflammations vulvaires après la mise bas de la vache ou les lésions parodontales du chat. Antidouleur et fluidifiante sanguine, l’hirudothérapie implique une application délicate et doit impérativement être pratiquée par un médecin vétérinaire. Elle aidera parfois à éviter une intervention chirurgicale lourde pour l’animal, mais peut aussi être utilisée en postopératoire lors d’un œdème au scrotum après castration du chien notamment.

Source
• Leech therapy for complicated varicose veins, PubMed.gov
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9701897/ 


Trouver un hirudothérapeute près de chez moi
Troubles de la circulation