Description de la thérapie Manupuncture Coréenne

La manupuncture coréenne : L’acupuncture des mains sans aiguilles

Il y a une quarantaine d’années, dans les années 70, le docteur Yoo Tae-woo, un acupuncteur coréen, invente la manupuncture coréenne. L’histoire raconte qu’à l’occasion d’une migraine, il s’est piqué inconsciemment le bout du majeur avec un stylo ce qui eut pour effet de faire disparaître le mal de tête et l’incita à rechercher des correspondances entre la main et le corps. Peu à peu il développa une cartographie recensant 14 méridiens et micro-méridiens (ki maek ) de la main et 345 points « mu ». Assez rapidement les recherches du Dr Yoo Tae-woo eurent, semble-t-il, un retentissement international notamment au Japon ou un Institut de recherche sur la manupuncture coréenne a été fondé dès 1976. Durant près de quarante ans le docteur coréen a accumulé diverses distinctions honorifiques, diffusé la manupuncture coréenne dans une vingtaine de pays et formé des milliers de praticiens coréens et étrangers (dont des médecins allemands).

Si l’approche s’apparente à l’acupuncture sans aiguilles, contrairement à cette dernière, la manupuncture coréenne considère que les méridiens des deux mains sont identiques permettant d’orienter les soins selon la localisation des douleurs ou maladies (à droite ou à gauche). La correspondance entre les points d’acupuncture chinois et ceux de la manupuncture coréenne est presque la même et la philosophie globale de cette technique demeure proche des principes de la médecine traditionnelle chinoise : équilibrage de l’énergie dans les organes avec dispersion ou tonification selon les besoins. De plus, la manupuncture coréenne considère que la main reflète l’ensemble du corps humain, chaque partie de la main étant associée à une partie précise du corps. Par exemple l’auriculaire de la main droite correspondrait à la jambe droite, le pouce droit à la jambe gauche, l’annulaire droit au bras droit et l’index à la tête, au cou et à la poitrine. Le ventre est quant à lui lié à la paume de la main et le dos du corps, au dos de la main.

 


Une séance avec un praticien en manupuncture coréenne : pour qui, pour quoi ?

La manupuncture coréenne s’adresse à tous et serait d’après les praticiens et témoignages très efficace sur les douleurs aussi bien chroniques qu’aiguës avec pour ces dernières des résultats rapides. La manupuncture coréenne se veut également une approche globale de santé et s’assortit notamment de conseils diététiques. Les témoignages rapportent des résultats rapides pour les douleurs musculaires et articulaires (torticolis, douleurs au dos, aux lombaires), les troubles digestifs, les maladies infectieuses (début de grippe, mal de gorge), fatigue, réduction des mictions nocturnes, asthme, toux sèche, allergies et pour les problèmes à la vésicule biliaire.


Quelques informations utiles sur une séance avec un praticien en manupuncture coréenne.

Avec qui

C’est une discipline assez récente et donc il existe encore peu de praticiens dûment formés (sur 3 années à raison de 9 week-ends par an). Pour obtenir des coordonnées d’un praticien fiable, il faut contacter l’école de formation française via le site de la manupuncture coréenne.

Déroulement d’une séance

Le praticien prends le pouls du patient et palpe son ventre, afin d’évaluer l’excès ou s’insuffisance d’énergie des organes. Ensuite il procède au rééquilibrage via la tonification ou la dispersion de différents points situés sur les mains. Il utilise pour cela différents matériaux comme des aimants, des appareils-lasers, des moxas voire aussi parfois quelques très fines aiguilles… Il peut opter pour 4 méthodes de traitement différentes selon la maladie : thérapie par la correspondance pour les douleurs aigues ou passagères (en stimulant via une aiguille d’acupuncture ou autre la zone de la main correspondant à la zone du corps douloureuse), thérapie pas stimulation des « ki maek » (méridiens),thérapie par l’utilisation des 5 phases (bois, feu, terre, métal, eau) pour les pathologies plus chroniques (stimulation de 3 méridiens clés identifiés par le praticien) ou thérapie par l’utilisation de bagues aux doigts : chaque doigts correspondrait à un organe particulier et placer une bague sur l’organe malade permettrait de le tonifier (bague en or) ou de le disperser (bague en argent). Selon la problématique, il faut compter une à plusieurs séances.

Tarifs

À ce jour nous n’avons pas de données précises sur les tarifs pratiqués car il y a trop peu de praticiens.


Praticiens en manupuncture coréenne dans les 10 plus grandes villes de France