Description de la discipline Mycothérapie

Rédigé par : Sabine Pinet
description-de-la-discipline-mycotherapie.jpg

La mycothérapie : soigner avec les champignons médicinaux.

La mycothérapie est une pratique de santé alternative dont les effets curatifs sont enfin reconnus par la communauté scientifique européenne. Elle s’appuie sur les éléments bioactifs des champignons médicinaux pour soigner certaines maladies et restaurer l’équilibre des microbiotes.

La mycothérapie, son histoire

Employée quotidiennement en Chine et au Japon, depuis 2000 ans, elle reste en marge en Europe. Targuée de pratique de sorcellerie durant le Moyen-Âge, la mycothérapie sombre petit à petit dans l’oubli. Pourtant l’homme européen utilise les champignons médicinaux depuis la préhistoire. En témoignent des croquis dans des grottes en Espagne, en Algérie ainsi que des écrits du temps des Romains. À l’époque, les détenteurs de ce savoir préconisent le bolet pour soulager les maux d’estomac.

Au fil du temps, seuls quelques chercheurs et autres initiés continuent de les manipuler. Ainsi assiste-t-on à la naissance du premier antibiotique connu sous le nom de pénicilline. Le Dr Flemming et ses paires ont démontré que la moisissure du Pénicillinum Notatum synthétisait une substance antibactérienne. Jean-François Borel, directeur d’immunologie à Sandoz, crée, dans les années 70, un médicament anti-rejet — la ciclosporine — à base d’acide animé issu du Tolypocladium inflatum. A la même période, l’acide fusidique, extrait du Fusidium coccineum, du Mucor ramannianus et du Isaria kogana, est reconnu pour son activité anti-staphylocoque.

La mycothérapie aujourd’hui

Malgré ces découvertes, la médecine conventionnelle n’intègre pas, au quotidien, cette méthode thérapeutique. L’allopathie reste l’approche médicamenteuse la plus populaire au détriment d’une méthode plus douce, plus naturelle. Aujourd’hui, le vent tourne et les médecines alternatives ont frayé leur chemin. En effet, de plus en plus de personnes s’orientent vers ces médecines qui répondent au besoin d’envisager la maladie, le soin et la relation thérapeutique différemment.

La mycothérapie intègre parfaitement ce mouvement et prend une belle ampleur au fil du temps. Les bienfaits des champignons médicinaux ne sont plus un secret. Leur action sur les microbiotes, particulièrement celui de l’intestin, s’avère un précieux allié pour soigner plusieurs pathologies. Des études récentes attestent que nombre d'affections sont liées à un microbiote affaibli. Aussi les personnes qui souffrent de maladies inflammatoires de l’intestin, de problèmes hépatiques ainsi que de troubles neurologiques voient leur état s’améliorer grâce ce traitement.

A lire aussiMycothérapie, médecine des champignons


Une séance avec un mycothérapeute : pour qui, pour quoi ?

Cette nouvelle discipline s’adresse, à tous et à toutes, à titre préventif et curatif. Quelques motifs de consultations :

• Les personnes, qui souffrent de maladies auto-immunes, de cancers, de pathologies de la thyroïde, d’obésité, de dégénérescence neuronale, de diabète, peuvent en bénéficier. Les bienfaits sont avérés.

• Les clients, sous le joug de traitements médicamenteux lourds comme la chimiothérapie, éprouvent un soulagement grâce à la capacité détoxifiante des champignons. En effet, ils nettoient le corps en même temps qu’ils le renforcent.

• Ceux et celles, qui ressentent un état de fatigue, souffrent de stress et d’anxiété, peuvent s’appuyer sur les composants bioactifs de ces organismes pour soulager leurs maux.


Quelques informations utiles sur une séance avec un mycothérapeute.

Le professionnel qualifié se nomme le mycothérapeute. La plupart du temps, il conjugue d’autres spécialités comme la naturopathie, la chronobiologie, la phytothérapie... La mycothérapie étant en plein essor, beaucoup de praticiens décident de s'y former. Ils assurent ainsi, à leur client, de les orienter vers le traitement adapté et des compléments alimentaires de qualité. Les champignons sont des organismes connus pour leur porosité et leur complexité. Leur maniement requiert connaissance et savoir. Tous ne sont pas comestibles ni médicinaux. Consulter un mycothérapeute permet alors de bénéficier d’une cure de champignon en toute sécurité. En effet, certains compléments, pourtant commercialisés, ne sont pas recommandables. L’automédication est donc vivement déconseillée.

Déroulement d’une séance

La première consultation dure 1h30 à 2h. Elle est consacrée à un bilan de votre état général : votre histoire de la naissance à ce jour, vos problématiques de santé, vos antécédents familiaux, vos habitudes alimentaires, vos sources de stress. Une fois ce bilan établi, une cure de champignons médicinaux est prescrite. Elle s’étale sur 3 mois. Des consultations de suivi, d’une heure environ, sont prévues afin d’ajuster le traitement et de mesurer les bienfaits sur votre santé.

Tarif

Le tarif est de 90 euros à 160 euros pour la première consultation. Des consultations de suivi, de 65 à 70 euros, sont proposées tous les 2/3 mois. À ajuster avec le mycothérapeute. La sécurité sociale ne prend pas en charge ces séances. Certaines mutuelles en remboursent une partie.


Ouvrages

Champignons comestibles - Leurs vertus cachées pour votre santé, de Jean-Marie Samori, éd. du Dauphin, 264 p., 18 €.
Les champignons de santé et de longévité - Guide pratique de mycothérapie, de Jean-Claude Secondé et Jacques Mandorla, éd. Grancher, 303 p., 20 €.
La mycothérapie ou les propriétés médicinales des champignons, de Alain Tardif, éd. Le Courrier du Livre, 167 p., 18,56 €.
Traité de mycothérapie - Tout savoir sur les champignons médicinaux, de Alain Tardif, éd. Dangles, 544 p., 39 €.


Les mycothérapeutes dans les 10 plus grandes villes de France


Alimentation
Fatigue
Immunité
Maux de ventre
Stress & anxiété