Articles

La microkinésithérapie, tout simplement

publié le 06/12/2017 à 00:00
La microkinésithérapie, tout simplement

La microkinésithérapie, est une technique de massage thérapeutique. Elle consiste à repérer des points ou des parties de notre corps qui ont été mal guéries et à réamorcer le processus de guérison, afin de se débarrasser une fois pour toutes des séquelles d’anciens traumatismes.


Microkinésithérapie : pour parer aux douleurs profondes

La microkinésithérapie a été conçue par deux masseurs-kinésithérapeutes français, Patrice Benini et Daniel Grosjean, dans les années 1980. Par la suite, ils en ont tous deux rédigé l’ouvrage fondateur : Traité pratique de micro-kinésithérapie, publié en 1996.

Cette technique consiste à nous débarrasser des séquelles que nous ont laissées des traumatismes physiques, mais aussi psychologiques. En fait, dès lors que nous parlons de processus de guérison, le physique et le psychique sont les deux faces d’une même médaille.

Donc, que vous ayez subi une grave lésion, ou un choc émotionnel, cette trace se retrouve dans votre corps. C’est l’idée centrale de cette discipline, qui propose de remédier à « la mémorisation tissulaire de l’agression. »

La micropalpation

La microkinésithérapie inclut une micropalpation, tâche délicate et pouvant se pratiquer même lorsque le patient est vêtu. Car il n’est pas nécessaire de se déshabiller si c’est pour se faire masser sur une zone très réduite.

Cette technique sert à rééduquer les tissus concernés, à remettre en marche leur processus naturel de guérison.

Un travail sur le corps n’a pas besoin d’être violent pour être efficace. Néanmoins, l’autoguérison qu’entraîne la microkinésithérapie n’est pas absolument indolore.

Une visite chez le microkiné peut résulter de douleurs persistantes, parfois handicapantes. Aussi, si vous revenez chez vous, même après une séance sans douleur, il ne faut pas vous étonner si vous vous retrouvez un peu chamboulé, physiquement et émotionnellement. De petits gestes peuvent avoir des effets conséquents – ce qui est plutôt un gage de réussite.

En général, si le patient se plaint d’une douleur, et que deux ou trois séances n’ont pas suffi, il vaut plutôt mieux aller consulter un généraliste. La douleur que l’on ressent n’est pas toujours le reliquat d’un traumatisme antérieur, elle peut aussi être une douleur bel et bien réelle, qui nécessite un diagnostic allopathique.

La cote de la microkinésithérapie monte

Pendant trente ans, les fondateurs de la microkinésithérapie ont perfectionné leur discipline sans faire grand bruit, en ne cessant d’approfondir ses bases scientifiques. Leur approche part d’une étude appliquée de la biologie, et notamment du développement des tissus (embryologie) chez les individus (ontogénèse) et en général (phylogénèse).

Bien que la microkinésithérapie suscite encore des réserves de la part de l’institution officielle, elle a tout pour devenir une discipline de premier plan à l’avenir : un fondement scientifique, des années d’expérimentation, des praticiens déjà agréés, et même une récente publication dans la revue Hegel.

Même s’ils ne sont pas encore médiatisés, les disciples de MM Grosjean et Bénini sont assez nombreux pour que vous n’ayez pas trop loin à aller, si cette discipline vous tente.


Gary Laski   

 


Trouver un thérapeute en Microkinésithérapie près de chez moi