Articles

Dépression chez l’enfant : aider les parents

publié le 15/11/2019 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
Dépression chez l’enfant : aider les parents

Parce qu’elle pointe directement la capacité des adultes à être de « bons parents » et parce que l’enfance reste, culturellement, synonyme d’insouciance, la dépression infantile reste trop souvent invisible. Peut-on la détecter et comment la soigner ?


Comme les adultes, les enfants anxieux peuvent traverser un épisode de dépression passagère. Celle-ci est dite « réactionnelle » et normale quand elle fait suite à une séparation parentale ou un déménagement, par exemple. Mais il arrive que le comportement de l’enfant se modifie au fil des mois, au point que les parents ne le reconnaissent pas. Certains signes à l’école et certaines paroles devront alors alerter l’entourage. Au-delà d’un manque de confiance en soi, la dépression infantile révèle une souffrance qu’il est nécessaire de reconnaître et de prendre en charge.

Des symptômes très divers

Bien que moins courante que chez les adultes, la dépression infantile touche environ 5 % des enfants. Le diagnostic n’en est pas moins difficile à poser car la maladie peut être camouflée derrière les différents stades de développement et de communication des tout-petits. Les signes de la dépression risquent ainsi d’être confondus avec une tendance aux caprices ou à l’introspection. Certaines manifestations ressortent cependant et ce, parfois dès l’âge de 3 ans : une tristesse durable, une phobie scolaire, des angoisses, une irritabilité et un isolement des autres. La dépression touche directement l’estime de soi. Il sera donc important de prêter attention à ce que l’enfant cherche à exprimer. Si des phrases comme « je suis nul(le) » peuvent être habituelles chez les plus jeunes, leur récurrence peut constituer un signe de dépression.

Des thérapies adaptées aux petits (et aux grands)

En cas de doute, il est essentiel de parler avec l’enfant afin de l’aider à se libérer de charges émotionnelles qu’il n’est pas assez mature pour exprimer verbalement. Les psychothérapies offrent aussi un cadre sécurisant pour discuter de ce qu’il ressent. Les parents n’y sont pas nécessairement présents. Des moyens ludiques comme le dessin et la présence du tiers thérapeute aident à faire diversion sur le mal-être afin que l’enfant se raconte à son rythme. Pour les parents, les constellations familiales peuvent également représenter un outil intéressant car elles révèlent la présence d’éventuels conflits ou non-dits qui, de manière inconsciente, peuvent empêcher l’enfant de trouver sa place dans la famille. C’est en effet d’abord auprès des siens que l’enfant pourra parvenir à se relier à lui-même. Une attention personnalisée au sein de la fratrie est une clé essentielle pour l’accompagner dans les représentations anxieuses de lui-même et des autres, et l’aider à grandir en confiance.

Source
• Dépression, Inserm
https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/depression


Trouver un psychothérapeute près de chez moi
Trouver un animateur en constellations familiales et systémiques près de chez moi
Dépression