Articles

Elevage et médecine alternative : un mouvement est né

publié le 08/12/2017 à 00:00
Elevage et médecine alternative : un mouvement est né

Les éleveurs, nous avons déjà eu l’occasion d’en parler, ne sont pas en reste au sujet de la médecine alternative. A une époque où l’on s’interroge sur le statut des bêtes et où l’on s’afflige des tortures qu’elles subissent, certains agriculteurs prennent des initiatives responsables, et les rassemblent dans un recueil appelé à faire date.


Nous sommes tous des bêtes

Platon, Diogène, Aristote et Charles Darwin n’ont eu de cesse de nous le répéter : l’être humain est un animal. Raisonnable, certes, mais un animal. Et si demain, nous arrêtions de manger nos bêtes, il est très probable que la responsabilité de nous en occuper nous incombe encore.

Comme nous, les bêtes doivent être soignées. Et pas n’importe comment. D’autant plus que l’élevage industriel qui rend malheureux ces pauvres êtres, sont la cause de maladies toujours plus inquiétantes, qui ne manquent pas d’impacter la santé publique, comme la grippe aviaire ou la maladie de la vache folle (ESB).

De mois en mois, les initiatives des éleveurs se multiplient pour appliquer la médecine naturelle et alternative aux bêtes. Elles restent discrètes, bien sûr. La crainte d'offenser les végétaliens fait qu’il est plus facile de parler des agriculteurs bio que des éleveurs bio.

Quoi qu’on pense de l’élevage, il n’empêche que les bêtes existent bel et bien. Et qu’elles méritent comme nous, des soins qui les respectent.

Une initiative qui fera long feu

Croire que les éleveurs ne sont pas concernés par la santé de leur bête, revient à les mettre tous dans le même sac, et ce n’est guère favoriser le bien-être réel des animaux. Animaux qui d’autre part, dans la nature, ne vivent pas une existence si idyllique que ça.

C’est pourquoi l’initiative récente du réseau ADMM (agriculture durable de moyenne montagne) mérite que l’on s’y attarde.

Ce livre est un recueil de 56 témoignages d’éleveurs, proposant des solutions durables pour un élevage réfléchi, conscient de son impact sur l’environnement et la santé des animaux et des hommes.

Pour l’instant, cette initiative reste embryonnaire. Mais elle a le mérite de montrer le bon exemple.

Elle prouve que l’usage de la médecine alternative dans le milieu des éleveurs n’est pas seulement une collection de cas isolés, mais un véritable mouvement qui mérite de prendre de l’ampleur.

Alors, bien sûr, cette initiative relève plus de l’innovation pratique que du protocole scientifique. Mais elle l’est au même titre que tous les progrès jamais faits dans le domaine agricole jusqu’à l’ère industrielle.

Il existe une sagesse paysanne toujours vivante, et cette initiative en est l’écho.


Gary Laski
 

Approches alternatives de la santé animale, témoignage d’agriculteurs du réseau Agriculture Durable de Moyenne Montagne (ADMM), 10€.