Articles

L’homéopathie est à votre portée

publié le 12/03/2018
L’homéopathie est à votre portée

L’homéopathie est l’une des médecines douces les plus connues... et certainement la plus critiquée. Comment mettre le doigt sur ce qui soigne par petites touches ? Il n’en reste que cette pratique convainc de plus en plus les médecins généralistes, et pas qu’eux.


Une idée révolutionnaire

Fondée par Hahnemann, l’homéopathie a plus de deux siècles. Deux siècles pendant lesquels elle a été continuellement attaquée, remise en cause, mais aussi défendue bec et ongles.

Dans son principe, l’homéopathie est plutôt simple. Il s’agit d’administrer à un patient des doses infimes d’un remède qui produit les mêmes symptômes que la maladie, de façon à en immuniser le corps.

Pour ses critiques, l’homéopathie relève tout simplement de l’effet placebo, c’est-à-dire de l’administration d’un remède factice qui induit les mêmes facteurs psychologiques de guérison qu’un remède scientifiquement prouvé. Elle n’a donc pas une réelle efficacité.

Thomas Sandoz, docteur en psychologie, va jusqu’à qualifier l’homéopathie de « conjuration profane », sans en contester l’efficacité. Ce qui ramène l’homéopathie a une médecine archaïque, celle de la haute Antiquité, où la guérison était assimilée à la conjuration d’esprits malins.

Il n’en reste que son ouvrage (La vraie nature de l’homéopathie, PUF, 2001) a le mérite d’étudier l’homéopathie comme mouvement social, plutôt que de la condamner par principe.

Il est à noter que l’homéopathie a toujours une importance considérable en France, où la demande de déremboursement des médicaments homéopathiques, effectuée par l’Académie des sciences médicales en 2005, n’a pas été entendue.

Elle est également très populaire dans le sous-continent indien, même si elle y est critiquée comme médecine de substitution, en l’absence de remèdes à l’efficacité plus immédiate, sensiblement plus coûteux.

Une pratique qui a la vie longue

L’homéopathie reste une discipline vivace, qui a pour principe de s’adapter au patient. Réelle médecine ou rituel de guérison, il revient à chacun de se faire son idée.

Tout un chacun peut se former dans cette discipline, qui n’en est pas moins formalisée, régulée, et encadrée par l’Etat. Vous pouvez retrouver certains instituts de formation ici.

Il est toutefois essentiel de rappeler que seules les professions médicales et paramédicales (sages-femmes, kinésithérapeutes, chirurgien-dentiste), ont le droit de délivrer une prescription homéopathique. Les homéopathes non-médecins doivent s’en tenir au simple conseil et ne peuvent prendre la responsabilité d’une cure.


Gary Laski

 


Trouver un homéopathe près de chez moi