Articles

La gemmothérapie gagne du terrain

publié le 15/11/2017 à 00:00
La gemmothérapie gagne du terrain

Jusqu’ici considérée comme une simple branche de la phytothérapie, la gemmothérapie gagne jour après jour en notoriété. Etroitement surveillés, ses remèdes prétendent à plus d’efficacité que les cures phytothérapeutiques habituelles. Une discipline qui gagne à être connue !


Gemmothérapie, j’aime.

La gemmothérapie consiste à effectuer des préparations à base de bourgeons de plante. Alors pourquoi ce terme ? Il est vrai que cela donne un aspect un peu précieux aux remèdes qui s’en réclament. Ce n’est pas usurpé.

En effet, le mot gemme, qui signifiait déjà pierre précieuse en latin (gemma), a d’abord signifié bourgeon. C’est parce que l’on s’est très tôt imaginé que les pierres précieuses étaient les bourgeons de la terre.

Et de fait, le bourgeon contient en concentré toutes les vertus médicinales d’une plante, ce qui permet, lorsqu’on en consomme le macérât (la préparation douce que l’on en fait), d’en profiter pleinement.

Une technique ancienne renouvelée

Il est avéré, au moins depuis le moyen-âge, que les apothicaires utilisaient les bourgeons pour préparer des remèdes, principalement des onguents. Toutefois, c’est au Dr Pol Henry, un médecin belge, que l’on doit l’engouement renouvelé pour la gemmothérapie, depuis les années 1960.

Cela demande une préparation minutieuse, avec très peu d’alcool, beaucoup d’eau, et de la glycérine. De façon à conserver toutes les composés de la plante intacts, et donc toutes ses vertus curatives. Bannis donc, le broyage, le chauffage et la congélation qui abîmeraient ou détruiraient les tissus de nos précieux bourgeons !

Des plantes qui donnent le meilleur d’elles-mêmes

Oui, certaines plantes qui sont consommées habituellement pour la cuisine, font des remèdes de premier plan en gemmothérapie.

C’est par exemple le cas du bourgeon de cassis, excellent pour les articulations, le système nerveux et les émonctoires (reins, peau, poumons). Il redonne un coup de fouet et est particulièrement recommandé pour l’automne !

Le bourgeon de cassis est également un remède de premier ordre pour traiter l’arthrite et les rhumatismes en général.

Mais il y a aussi en cette saison le bourgeon de romarin, qui peut être tout à fait intéressant pour ses vertus assez proches de celles du bourgeon de cassis, auxquelles il ajoute celle d’être un ami du système sanguin.

Il se révèle ainsi capable de piéger les radicaux libres, de faire baisser le mauvais cholestérol et le taux d’acide urique ; il serait également un bon anticoagulant.

Les cures en gemmothérapie sont d’assez longue durée (2 à 3 mois). Les gouttes se prennent à raison de dix à quinze gouttes par jour. Les remèdes peuvent potentiellement être donnés aux enfants en bas-âge, du fait de leur faible teneur en alcool, mais il est tout de même conseillé de vous renseigner auprès de votre gemmothérapeute.


Gary Laski

 


Trouver un thérapeute en Gemmothérapie près de chez moi