Articles

L’hypnose, enfin reconnue comme alternative à l’anesthésie

publié le 12/12/2018
L’hypnose, enfin reconnue comme alternative à l’anesthésie

Le sujet circule depuis plusieurs années déjà, suscitant le doute voire l’angoisse. Pourtant, l’utilisation de l’hypnose sur un patient avant une opération a toute sa place à l’hôpital. Derrière cette ouverture pleine de promesses, on trouve des médecins formés et conscients.


« L’hypnose est efficace à 100 %, mais uniquement sur les gens qui le souhaitent », sourit Olivier Fleureaux, médecin-anesthésiste en Bretagne. Une façon douce d’affirmer que cette méthode (tout aussi douce) s’appuie précisément sur l’implication du patient pour fonctionner. En complément des pratiques allopathiques habituelles, qui ne prennent malheureusement pas toujours en compte la personne dans sa globalité, l’hypnose avant une intervention chirurgicale réussit le pari de l’efficacité et du soin holistique.

Le lien patient-thérapeute au cœur du traitement

Déjà pratiquée avant de traiter varices, hernie inguinale ou thyroïde, avant de réaliser une coloscopie ou une chirurgie dentaire, l’hypnose vient d’être utilisée avant l’opération du sein (pour un cancer) d’une femme de 90 ans, visiblement curieuse et confiante. L’hypnose est un état modifié de conscience naturel chez tous les êtres vivants, qui permet de moduler le stress et la perception de la douleur.

L’hypnosédation peut être utilisée comme alternative ou en complément d’une anesthésie locale. Elle limite le recours aux anesthésies générales. Soutien thérapeutique à part entière, elle permet au patient de récupérer plus vite, réduit son anxiété en milieu hospitalier et les effets secondaires des médicaments ou post-opératoires. Le médecin-anesthésiste installe le patient dans un état de relaxation durant toute l’intervention à partir d’un souvenir ou d’une émotion de bien-être.

L’hypnose à l’hôpital continue de faire l’objet de résistances, mais sa reconnaissance progresse. Cette technique améliore la qualité du lien patient-thérapeute, invite la personne malade à se faire confiance et participe du processus de guérison. Enfin, si un plan B existe toujours en cas d’inefficacité de l’hypnose, l’arrivée de masques de réalité augmentée au bloc opératoire pourrait bien transformer l’épreuve du bistouri en moment de relaxation…
 

Sources
1- https://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/conference-sante-l-hypnose-une-alternative-a-l-anesthesie-26-09-2018-12090140.php
2- https://www.francetvinfo.fr/sante/hopital/sante-dans-la-salle-d-une-operation-sous-hypnose_3032203.html
3- https://www.rtl.be/info/magazine/sante/l-hypnose-pour-relaxer-des-patients-avant-une-operation-voici-une-technique-innovante-developpee-par-des-hopitaux-belges-1063688.aspx


Camille Dubois


Trouver un hypnotiseur-hypnothérapeute près de chez moi