Articles

Gingivite : bon sens et surveillance

publié le 03/06/2021 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
Gingivite : bon sens et surveillance

Elle fait partie des maladies parodontales qui fragilisent les tissus qui soutiennent les dents. Courante, elle n’en reste pas moins à surveiller car ses conséquences peuvent être graves. Explications et astuces pour garder des dents fortes et des gencives saines.


La gingivite est une affection de la gencive qui touche environ sept adultes sur dix. La plaque dentaire, le tabac, le stress, le diabète, une carence en vitamine C, certains médicaments comme les antidépresseurs, mais aussi les modifications hormonales de la grossesse, peuvent favoriser son apparition avec des signes typiques : œdème, saignements, mauvaise haleine. Si la gingivite s’installe, elle peut se transformer en parodontite : les gencives se rétractent sous la poussée du tartre et les dents se déchaussent, entraînant une forte sensibilité au froid et au chaud. Ce phénomène est irréversible car rien ne permet de reconstruire une gencive érodée, mais plusieurs gestes basiques permettent de limiter le développement de la gingivite et la chute des dents.

Quatre gingivites, une seule solution

On distingue quatre types de gingivites. La plus fréquente est dite « chronique » lorsqu’elle se manifeste par des traces de sang au cours du brossage et une sensation de gencive gonflée au passage de la langue. La gingivite hypertrophique ou hyperplasique est consécutive à la prise de certains médicaments et se reconnaît facilement car elle fait gonfler toute la gencive. La gingivite « hypertrophique localisée » est une variante qui touche généralement les femmes enceintes. La gingivite ulcéro-nécrotique nécrose les tissus mais reste plus rare. Le chirurgien-dentiste est le plus à même de traiter les symptômes et de réaliser les radios qui permettront de surveiller l’évolution de la maladie. Le traitement reposera sur une hygiène bucco-dentaire méticuleuse : un détartrage deux fois par an, un lavage consciencieux après chacun des trois repas, l’usage d’une brosse « extra » souple et de brossettes interdentaires afin d’éliminer autant que possible les résidus alimentaires. Certains aliments sont aussi à éviter car ils acidifient la bouche et participent au maintien d’un terrain bactérien délétère : les agrumes, les fraises, la tomate et les arachides notamment.

Pharmacie naturelle pour les soins bucco-dentaires

Quand on souhaite pousser plus les soins contre la gingivite et ses complications, on peut pratiquer certains soins naturels à la maison. En prévention, l’ayurvéda recommande de pratiquer des bains de bouche alcalinisants à l’huile de sésame avant le brossage, au moins deux fois par semaine. En fin de brossage, on peut terminer par un rinçage à base de myrrhe anti-inflammatoire. Il est facile de s’en procurer dans les commerces d’alimentation biologique, de même que de la propolis à mâcher, que l’on trouve aussi sous forme de pâte de massage gingival. Antibactérienne, elle contribue à désinfecter la gencive dès les premiers signes de saignement, tout en rafraîchissant l’haleine. Si la gencive devient douloureuse, l’homéopathie permettra de calmer l’inflammation de la gingivite et de limiter la récidive. Dans tous les cas, une cure de vitamine C, idéalement liposomale, aidera à renforcer le système immunitaire toujours affaibli par une infection dentaire.

Source
• Gingivite : 3 méthodes douces pour la soigner, Top Santé
https://www.topsante.com/medecine/dents-bouche/gingivite/dents-comment-eviter-de-souffrir-des-gencives-8815/gingivite-3-methodes-douces-pour-la-soigner-13526


Trouver un praticien en ayurvéda près de chez moi
Trouver un naturopathe près de chez moi