Articles

Vegan : la transition végétale

publié le 16/11/2020 - Rédigé par Lucile de La Reberdière
Vegan : la transition végétale

Argument identitaire fort pour affirmer son appartenance politique ou simplement redevenir acteur de sa consommation, le véganisme dépasse aujourd’hui la simple tendance. Exclure les ressources animales de son alimentation est légitime mais exige un suivi réaliste, au plus près du terrain de chacun.


L’alimentation végétalienne ou vegan est en vogue. Qu’elle soit motivée par des préoccupations idéologiques comme la défense animale, ou par des problématiques de santé, elle entraîne des changements importants dans les modes de consommation. Riche en ressources végétales, le véganisme favorise naturellement le bien-être digestif et mental. Cependant, un suivi naturopathique est essentiel pour conserver des assiettes équilibrées et ne pas risquer les carences nutritives.

N’est pas vegan qui veut

Si la personne végétarienne cesse de manger de la viande sous toutes ses formes (on trouve aussi les pesco-végétariens qui continuent de manger du poisson), le ou la vegan va plus loin. Pas d’œuf, pas de fromages ni de laitages, pas de miel. Le régime exclut également les chewing-gums ou les compléments alimentaires qui peuvent utiliser de la gélatine de porc en guise d’agent d’enrobage. L’alimentation végane est stricte et demande beaucoup de temps pour lire la composition des produits et repenser ses repas. Or, quelles ques soient ses motivations, une personne qui cesse de manger des produits animaux alors qu’elle a toujours été omnivore peut commettre des erreurs.

Préparer sa réforme alimentaire

Le véganisme doit se vivre comme une approche globale car éliminer la viande de son panier de courses peut faire plus de mal que de bien. La question des carences en protéines est vite réglée car certains aliments et super-aliments apportent des protéines végétales intéressantes, comme les graines de chanvre ou la spiruline. Mais le risque de carence en vitamine B12 doit être anticipé. Impossible à trouver en dehors des produits animaux, une complémentation en B12 peut être conseillée par le naturopathe. D’une manière générale, il est plus raisonnable de commencer par une alimentation végétarienne en conservant les petits poissons gras riches en omégas-3 et en augmentant la part de fruits et légumes au quotidien.

Source
Association Végétarienne de France
https://www.vegetarisme.fr/


Trouver un naturopathe près de chez moi
Alimentation